9 décembre 2022

Secouez-moi, secouez-moi !

En réussissant un formidable tour de main fédéral auprès des corporations professionnelles membres de la CNT, Hamid Bentahar aura également crié sur tous les toits médiatiques la cause de ses confrères mais visiblement toujours armé d’espoir ; presse écrite, audio-visuel, dans les différentes rencontres, bref, une présence quasi omniprésente sur tout le réseau de communication pourvu que…

Investi en tant que porte-voix des fédérations de métiers, Hamid Bentahar se verra rejoindre par des présidents de fédérations de métiers mais à rythmes souvent saccadés. Toutefois, le même objectif de bonne santé du tourisme marocain en constitue le vœu pieux.

Les professionnels ont compris le message : pour être compétitifs durablement dans le registre de la co-construction, ils ont à subir plusieurs contraintes dont la crise constitue le principal souci empêchant une vision claire, alimentée par le peu d’attention gouvernementale à l’égard du secteur, à l’heure où celui-ci est sous respiration artificielle finissante. Exacerbés, en effet, d’être toujours devant le fait accompli, ils entendent tout de même un peu d’ordre dans leurs corporations professionnelles régionales et mettre un terme à l’inhérence que connaît la représentativité associative, pour enfin rallier les rangs au sein d’une CNT forte par la force de ses fédérations de métiers.

Plusieurs énergies du secteur tendent à fédérer leurs efforts pour assainir leurs rangs et parler d’une voix commune, protestataire pour dire vrai. Ils pensent qu’il est temps de faire du lobbysme fort loin du béni oui-oui, considérant que le Gouvernement est peu regardant sur leurs doléances, face aux incidences du trop de zèle du Gouvernement dans sa gestion économique de la Covid. Les engagements de bonnes intentions de la part du Gouvernement sont jugés palliatifs, ni plus ni moins.

Tout déballer, quitte même à tout refaire ou à y couper court, tel est le leitmotiv qui s’empare de la plupart de leurs réactions.

L’année prochaine qui débute dans une vingtaine de jours, on continue ou on arrête.

C’est pour dire qu’ils en ont marre du fait accompli et du passéisme.

Read Previous

L’Egypte cartonne, la Turquie plafonne, le Maroc ronronne

Read Next

Les professionnels au Parlement le 15 décembre

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular