8 décembre 2022

Les promesses de Nadia Fettah à la CNT

Les 3 derniers jours de la semaine dernière étaient, serait-on tenté de dire, porteurs de bonnes nouvelles pour les opérateurs du tourisme. Du moins dans l’écoute sérieuse, cette fois, de l’administration des cris d’alarme lancés sans répit par les opérateurs et portés avec succès par la CNT, très fortement impliquée dans l’aboutissement des demandes exprimées par tous les corps de métiers.

D’abord, la ministre du Tourisme qui semble lâcher du lest en prêtant réellement de l’attention aux doléances des professionnels avec qui elle compte se réunir après demain mercredi 22 décembre à Rabat afin d’augurer, selon des sources proches, une nouvelle étape de dialogue porteur.

Ensuite, la ministre des Finances, Nadia Fettah Alaoui, qui exprima clairement la disposition de son département à « aider » le secteur et à lui consacrer beaucoup plus « d’intérêt » qu’auparavant. Cette déclaration sans précédent de Mme Finances a été annoncée lors de la tenue à la CGEM du Conseil National de l’Entreprise le vendredi 17 décembre en réponse à l’intervention réaliste et «touchante» de Hamid Bentahar. Déclaration reçue chez le collectif professionnel tel un baume sur le cœur des professionnels qui commencent à respirer et à espérer mieux.

Il faut reconnaître, cependant, que le mérite revient à la combativité du Président de la CNT, présent sur tous les fronts pour porter les préoccupations des professionnels auprès des différents responsables administratifs et d’en assurer la défense bec et ongles. Même les oubliés de la restauration touristique, les grands oubliés pour compte du contrat-programme, ont eu droit de citer dans le « plaidoyer » de Hamid Bentahar.

Sans prétention aucune, la dynamique créée par Bentahar dans les missions de la CNT commence par porter ses fruits et donne de bons indicateurs d’aboutissement.

Retour sur son intervention à la CGEM et les réactions positives de Mme la Ministre des Finances.

Intervention d’ailleurs intéressante au nom de tout l’écosystème touristique pour demander l’arrêt des poursuites à l’encontre des opérateurs touristiques, le moratoire bancaire et fiscal, ainsi que le maintien de la IF et ce jusqu’à reprise de l’activité, l’ouverture du ciel et la levée de l’état d’urgence. Il a également demandé l’activation d’une solution, autre que de  l’endettement pour le traitement des bilans les entreprises du secteur, en injectant des fonds propres pour réduire les risques d’insolvabilité et accompagner les initiatives de rénovation et d’investissements via le fond Mohamed VI. Pour finir il a plaidé la cause  des filières comme l’animation, les restaurateurs, la location courte durée etc., qui  travaillent dans le tourisme et qui devraient bénéficier également des mesures de soutien notamment de  l’IF.

Tout aussi édifiante, la réponse de Nadia Fettah Alaoui qui reconnut que la moitié des entreprises touristiques sont malheureusement à l’arrêt par effet de crise.

Mme la ministre a, en effet, confirmé son interaction avec les demandes des professionnels du tourisme, en insistant sur la nécessité de préserver les acquis réalisés pendant 40 ans de travail en commun. Raison, selon elle, qui porte me gouvernement à réfléchir sérieusement sur un ensemble de mesures à court terme qui répondent aux demandes des professionnels, notant que des réunions ont eu lieu avec les banques pour discuter des dettes bancaires à long terme, et du report des échéances des prêts.

Elle a expliqué que les établissements bancaires sont réceptifs à cette situation et sont mobilisés pour en discuter, appelant à une nouvelle rencontre avec les professionnels afin de prendre des dispositions à court terme.

La ministre a également salué les investissements réalisés par les acteurs du secteur du tourisme, afin de faire progresser le secteur, soulignant l’importance de trouver des solutions réalistes pour soutenir ces investissements avec tous les acteurs et parties prenantes, tout en annonçant que le gouvernement est en phase d’accélérer la création du Fonds du Tourisme soutenu par le Fonds Mohammed VI d’Investissement afin d’injecter des fonds privés ou semi-privés dans les budgets publics des entreprises du secteur, stimuler la demande interne en encourageant les déplacements par la création de taxes -des « chèques vacances » gratuits, et donner du caractère Horaire régional pour les vacances scolaires.

S’agissant du report de la cotisation fiscale pour les années 2020 et 2021, la ministre a confirmé qu’elle ne s’y oppose pas, appelant à des efforts concertés de toutes les parties pour pouvoir trouver des solutions consensuelles.

La réponse du ministre est intervenue après que le Président Hamid Bentahar, a appelé à une nouvelle charte entre les secteurs public et privé, qui comprend des mesures fermes et responsables pour assurer la protection des entreprises, éviter les pertes d’emplois et préparer efficacement la reprise. , constatant qu’il existe des secteurs liés au tourisme qui n’ont pas bénéficié de l’aide apportée, tels les restaurateurs touristiques et les opérateurs de l’animation, par exemple.

Une nouvelle étape pleine d’annonces prometteuses enfin pour le secteur !

Read Previous

La ministre du Tourisme rencontre la CNT mercredi 22 décembre

Read Next

L’indemnité forfaitaire CNSS, arme à double tranchant ?

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular