8 décembre 2022

Les restaurateurs touristiques veulent rencontrer la Ministre du Tourisme

Les 6 associations régionales des restaurateurs touristiques étaient, en présentiel et en visio-conférence, en réunion de crise, hier 21 décembre au restaurant La Paix à Marrakech, pour mettre les points sur les « i » concernant leur marginalisation du discours touristique gouvernemental. Une marginalisation qu’ils n’arrivent pas à assimiler d’autant plus qu’ils ont été carrément exclus du contrat-programme signé avec l’Etat en août 2020 dont ils se considèrent orphelins, ainsi que de tout dialogue avec le ministère du Tourisme en temps de pandémie et même des différents discours de Mme la Ministre du Tourisme, tant dans les médias qu’au Parlement ou rencontres professionnelles.

Cette montée au créneau des restaurateurs survient après une patience qui en pouvait plus durer surtout quand les salariés du secteur se trouvent bannis de l’attribution de l’indemnité forfaitaire Covid de la CNSS, l’ancienne et la nouvelle. Même s’ils gardaient espoir, les dernières déclarations de Mme la ministre du tourisme sur une chaîne nationale ont tout anéanti. Objet d’ailleurs de leur réunion à Marrakech.

D’après des sources ayant assisté, le collectif des restaurateurs touristiques s’est longuement penché sur la précarité de leurs entreprises, en reconnaissant que leur secteur est le seul à ne pas bénéficier d’aides ni d’aucune mesure quelconque de soutien alors qu’il a été « la première et plus grande victime de cette pandémie », ont-ils précisé avant d’ajouter que « les restaurants touristiques font partie intégrante de la grande famille du tourisme conformément aux lois 61-00 et 80-14. D’autant plus qu’ils ont toujours été classés par les délégations du tourisme régionales à l’exclusion de tout autre département ministériel. Un état de fait contre-nature qui demande réparation par la force de la loi. 

Ils se désolent, parallèlement, que leur exclusion des aides de l’Etat n’a pas de sens, quand on sait que les restaurants touristiques ont massivement participé à toutes les opérations de solidarité nationales en offrant des milliers de repas et en participant au fonds de solidarité nationale conformément aux directives de Sa Majesté et aux instructions de l’Etat.

Excédés, ils déclarent qu’ils ne peuvent plus se taire et comptent adresser une lettre à Mme la Ministre du Tourisme dans laquelle ils demandent un rendez-vous dans l’urgence « pour clarifier une situation dangereuse par ses répercussions sociales, financières et humaines qui porte atteinte à tout un secteur important représentant plus de 1000 établissements à travers le Maroc, qui en plus d’être pénalisé et privé de tous soutiens, se voit aujourd’hui obligé de justifier et légitimer sa place dans l’échiquier du tourisme national », soulignent-ils.

A souligner que parmi les propositions formulées, les plus importantes et urgentes sont au nombre de 5:

1- Exonérations Fiscales :

– Exonération des restaurants classés pour le paiement des impôts au titre de l’exercice 2020 et 2021: Taxe professionnelle, taxe des services communaux, Taxe d’enseigne, Taxe de terrasses, Taxe de débit de boissons.

– L’exonération des charges sociales de la CNSS (AMO), de la taxe de la formation professionnelle relatives aux exercices 2020 et 2021

2- Subvention à fond perdu de 30% du chiffre d’affaire réalisé en 2019 : Nos structures ont fait appel aux crédits relances et oxygène pour faire face aux salaires, paiement des fournisseurs et des frais liés à l’exploitation. Nos structures ont subit un amortissement important de nos installations qui nécessitent des travaux d’entretien et de rénovation afin de pouvoir continuer à exercer. Le crédit bancaire étant inaccessible pour quasi totalité de nos structures, nous sollicitons le gouvernement à nous apporter une aide financière pour relancer nos structures après la crise.

3- Déblocage de l’indemnité forfaitaire de 2000 dhs entre les mains des entreprises pour assurer le paiement du salaire de leur personnel dans les délais impartis

4- Le report des crédits bancaires sans frais sans intérêt.

5- Bénéficier du contrat programme du ministère du tourisme qui prévoit les mesures d’accompagnement pour les structures touristiques.

Read Previous

L’OACI contre la restriction africaine des voyages aériens

Read Next

Réunion jugée fructueuse de la CNT avec la Ministre du Tourisme

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular