6 décembre 2022

La séance est levée!

Voilà plus de 3 mois que le « Gouvernement des compétences » est confortablement installé sur les fauteuils du pouvoir, marqués par beaucoup plus d’échecs et d’improvisations aux incidences dangereuses sur le système socio-économique du pays. Les ministères les plus en vue à l’ère Covid ont démontré que chacun communique à sa façon, comme il le veut, sans apparemment de coordination pour sauver les secteurs en danger, tel le tourisme, l’enfant maudit de la crise. Mieux : malgré les cris d’alerte lancés par les opérateurs à cor et à cris, aucun parti de la majorité n’a pris sa défense, majorité comme opposition qui se cherche encore, hormis quelques menues prestations orales au Parlement, sans plus.

Sur la sellette il y a quelques mois, sur l’échafaud aujourd’hui malgré les assurances du ministère du Tourisme, les professionnels semblent tourner en rond et les promesses données se révèlent un leurre, un mirage trompeur. Mais rien n’y faisait, les professionnels, crédules, demeuraient accrochés à l’espoir, multipliaient les réunions, les rencontres avec l’administration conciliante mais impuissante, les visio-conférences de concertation, préparaient les plaidoyers, etc. Rien, c’est comme s’ils se parlent à eux-mêmes, attendant le bon vouloir du Gouvernement qui les boude éperdument tel des demandeurs d’asile très embarrassants. La fermeture des frontières jusqu’à fin janvier 2022 est la réponse à leurs doléances et c’est reparti pour de nouveaux épisodes d’une série mélodramatique qui n’en finit pas, menant les opérateurs à la faillite, certains même en prison, d’autres au suicide comme dernière alternative de sacrifice sur l’autel d’un Gouvernement peu compréhensif, très peu clément.

Pas de solutions réelles apportées aux problèmes soulevés que vit l’entreprise touristique, malgré l’urgence surtout financière et fiscale. Les promesses de Nadia Fettah et FZ Ammor seraient-elles finalement de la poudre aux yeux, des exercices d’entourloupe pour gagner du temps ? Dommage que les opérateurs ne disposent pas de ce temps qui, à mesure qu’il passe, les pousse de plus en plus dans l’abîme.

La CNT aura beau vouloir apaiser les tempéraments, de demander à ses membres plus de patience, les opérateurs commencent sérieusement à perdre confiance dans la volonté du Gouvernement à réellement trouver issue à leur impasse. Posture peu reluisante pour une confédération qui s’est démenée sur tous les fronts pour d’abord fédérer les professionnels dans la co-construction et le dialogue avec les intervenants publics. Peine perdue peut-être que même les promesses les plus hardies ne peuvent plus être prises au sérieux. Bref, le mode échec.

Que faire alors ? Chanter l’oraison funèbre d’un secteur qui pèse lourd sur le PIB ? Circulez, rien ne va plus !

Quelle tragédie grecque !

Read Previous

Forte activité pédagogique de la FNIH au 2ème semestre 2021

Read Next

Ouverture imminente du Hilton Garden Inn Casa Sud

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular