29 novembre 2022

Les 3 professionnels candidats au CESE

Les noms des 3 candidats Tourisme au CESE ont été dévoilés lors d’une réunion de la CNT, tenue hier lundi 03 janvier. De nouveaux noms contrairement à ceux votés lors d’un Conseil d’Administration présidé par Abdellatif Kabbaj, alors président de la CNT, le 28 février 2020. Excepté Lahcen Zelmat, grand gagnant de la première configuration CESE Tourisme, les deux autres prétendants, choisis par consensus, sont Wessal El Gharbaoui et Abbas Azzouzi, en lieu et place de Tarik Dbilij (classé 2ème) et Khalil Majdi (3ème).

Il semblerait que le recours au consensus au lieu du vote, conformément aux statuts, pour désigner le trio à proposer pour le CESE Tourisme a surtout été par une conjoncture contraignante imposant une rapidité dans l’exécution des chantiers entamés mais pas encore achevés et la pertinence de se consacrer aux urgences que le collectif membre de la CNT doit attaquer en priorité.

Presque la majorité du CA a été compréhensive et a voté pour le consensus proposé par le Président de la CNT Hamid Bentahar qui, une fois de plus, a su fédérer les professionnels dans sa logique de co-construction.

A préciser que les 2 nouveaux candidats rejoignant Lahcen Zelmat, qu’on ne présente plus, ont une carrière touristique qui date. Wessal El Gharbaoui, actuellement dans le secteur de la formation touristique, est Secrétaire Générale de la CNT dont les sorties médiatiques en pleine crise pandémique en faveur des opérateurs ne sont pas passées inaperçues. Quant à Abbas Azzouzi, plutôt discret, il traîne derrière lui un bon palmarès dans le public comme dans le privé en assumant, après l’ONMT dont il était Directeur général, le leadership de Médi1 qui allait marquer le paysage médiatique avant de prendre la tête du Groupe H Partners.

Souhaitant beaucoup de chance à chacun des 3, quelle qu’en soit l’issue, il y a lieu de rappeler que les critères de sélection sont très rigoureux et obéissent plutôt à une rigueur de multinationale que de quelconque complaisance. Précédée en effet d’enquêtes personnelles minutieuses sur le candidat, ses meurs, sa culture, ses connaissances, ses loisirs, etc. Des détails passés au crible fin, avant de décider si le candidat doit être admis au cercle des experts du CESE ayant une maîtrise de connaissance de tous les secteurs de l’économie, du social, de l’environnement, de la femme rural etc.

Une fois siégeant au CESE, le représentant expert doit assurer une présence presque quasi permanente avec une présence d’au moins 2 jours par semaine et s’activer dans le cadre de commissions. Bref, avoir du temps et se consacrer à la recherche, souvent pour réaliser des études commandées par les donneurs d’ordre, tel que le Gouvernement ou les 2 chambres du Parlement, études qui peuvent facilement prendre chacune 18 mois de travail.

Il est aussi question d’ateliers experts à organiser dont le tourisme fait également partie.

Enseignement : un siège qui n’est pas de tout repos pour l’heureux ou l’heureuse candidat (e), contrairement aux idées reçues que l’on peut avoir. Zelmat, Gharbaoui et Azzouzi sont-ils prêts pour relever le défi ? Nous l’espérons bien…  

Read Previous

Tibu Africa signe avec les ministres de la jeunesse de la francophonie

Read Next

Anabelle Vignon, nouvelle DG du Médina Essaouira Thalassa sea & spa – MGallery

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular