2 février 2023

4 milliards de voyageurs en… 2024

L’Association du transport aérien international (IATA) prévoit que le nombre total de voyageurs atteindra 4,0 milliards en 2024 (en comptant les trajets de correspondance multisectoriels comme un passager), dépassant les niveaux d’avant la COVID-19 (103 % du total de 2019).

Les attentes concernant la forme de la reprise à court terme ont légèrement changé, reflétant l’évolution des restrictions de voyage imposées par le gouvernement sur certains marchés. L’image globale présentée dans la dernière mise à jour des prévisions à long terme de l’IATA est cependant inchangée par rapport à ce qui était attendu en novembre, avant la variante Omicron.

La mise à jour de février des prévisions à long terme comprend les faits saillants suivants :

  • En 2021, le nombre total de voyageurs représentait 47 % des niveaux de 2019. Ce chiffre devrait passer à 83 % en 2022, 94 % en 2023, 103 % en 2024 et 111 % en 2025.
  • En 2021, le nombre de voyageurs internationaux représentait 27 % des niveaux de 2019. Ce chiffre devrait passer à 69 % en 2022, 82 % en 2023, 92 % en 2024 et 101 % en 2025.

Il s’agit d’un scénario de reprise internationale à court terme légèrement plus optimiste par rapport à novembre 2021, basé sur l’assouplissement progressif ou l’élimination des restrictions de voyage sur de nombreux marchés. Cela a vu des améliorations sur les principaux marchés de l’Atlantique Nord et intra-européens, renforçant la base de la reprise. L’Asie-Pacifique devrait continuer d’être à la traîne de la reprise, le plus grand marché de la région, la Chine, ne montrant aucun signe d’assouplissement de ses sévères mesures aux frontières dans un proche avenir.

En 2021, le nombre de voyageurs nationaux représentait 61 % des niveaux de 2019. Ce chiffre devrait passer à 93 % en 2022, 103 % en 2023, 111 % en 2024 et 118 % en 2025.

Les perspectives d’évolution du nombre de voyageurs domestiques sont légèrement plus pessimistes qu’en novembre. Alors que les marchés intérieurs américain et russe se sont redressés, il n’en va pas de même pour les autres grands marchés intérieurs que sont la Chine, le Canada, le Japon et l’Australie.

Tous les marchés ou secteurs de marché ne se redressent pas au même rythme.

Afrique : Les perspectives de trafic de passagers en Afrique sont quelque peu plus faibles à court terme, en raison de la lenteur des progrès dans la vaccination de la population et de l’impact de la crise sur les économies en développement. Le nombre de passagers à destination/en provenance/à l’intérieur de l’Afrique se redressera plus progressivement que dans d’autres régions, atteignant 76 % des niveaux de 2019 en 2022, ne dépassant les niveaux d’avant la crise qu’en 2025 (101 %).

Moyen-Orient : avec des marchés court-courriers limités, l’accent mis par le Moyen-Orient sur la connectivité long-courrier via ses hubs devrait entraîner une reprise plus lente. Le nombre de passagers à destination/en provenance/à l’intérieur du Moyen-Orient devrait atteindre 81 % des niveaux de 2019 en 2022, 98 % en 2024 et 105 % en 2025.

Europe : Au cours des prochaines années, le marché intra-européen devrait bénéficier des préférences des passagers pour les voyages court-courriers à mesure que la confiance se rétablira. Cela sera facilité par une circulation de plus en plus harmonisée et sans restriction au sein de l’UE. Le nombre total de passagers à destination/en provenance/à l’intérieur de l’Europe devrait atteindre 86 % des valeurs de 2019 en 2022, avant de se redresser complètement en 2024 (105 %). 

Asie-Pacifique : la lenteur de la suppression des restrictions sur les voyages internationaux et la probabilité de nouvelles restrictions nationales lors des épidémies de COVID signifient que le trafic vers/depuis/au sein de l’Asie-Pacifique n’atteindra que 68 % des niveaux de 2019 en 2022, le résultat le plus faible de la principale Régions. Les niveaux de 2019 devraient être récupérés en 2025 (109%) en raison d’une lente reprise du trafic international dans la région.

Amérique du Nord : après une année 2021 résiliente, le trafic vers/depuis/à l’intérieur de l’Amérique du Nord continuera d’afficher de bonnes performances en 2022, alors que le marché intérieur américain retrouve ses tendances d’avant la crise et avec l’amélioration continue des voyages internationaux. En 2022, le nombre de passagers atteindra 94 % des niveaux de 2019, et une reprise complète est attendue en 2023 (102 %), devant les autres régions.

Amérique latine : Le trafic vers/depuis/à l’intérieur de l’Amérique latine a été relativement résistant pendant la pandémie et devrait connaître une solide année 2022, avec des restrictions de voyage limitées et des flux de passagers dynamiques dans la région et vers/depuis l’Amérique du Nord. Le nombre de passagers de 2019 devrait être dépassé en 2023 pour l’Amérique centrale (102 %), suivie de l’Amérique du Sud en 2024 (103 %) et des Caraïbes en 2025 (101 %).

Nombre DE PASSAGERS, PART DE 2019 2021 2022 2023 2024 2025
À l’échelle de l’industrie 47% 83% 94% 103% 111%
International 27% 69% 82% 92% 101%
National 61% 93% 103% 111% 118%
Asie-Pacifique 40% 68% 84% 97% 109%
Europe 40% 86% 96% 105% 111%
Amérique du Nord 56% 94% 102% 107% 112%
Afrique 46% 76% 85% 93% 101%
Moyen-Orient 42% 81% 90% 98% 105%
Amérique du Sud 51% 88% 97% 103% 108%
Amérique centrale 72% 96% 102% 109% 115%
Caraïbes 44% 72% 82% 92% 101%

Source : IATA/Tourism Economics Air Passenger Forecast, mars 2022

Les prévisions ne calculent pas l’impact du conflit russo-ukrainien. En général, le transport aérien résiste aux chocs et il est peu probable que ce conflit ait un impact sur la croissance à long terme du transport aérien. Il est trop tôt pour estimer quelles seront les conséquences à court terme pour l’aviation, mais il est clair qu’il existe des risques à la baisse, en particulier sur les marchés exposés au conflit.

Les facteurs de sensibilité comprendront l’étendue géographique, la gravité et la durée des sanctions et/ou des fermetures d’espace aérien. Ces impacts seraient ressentis le plus durement en Russie, en Ukraine et dans les régions voisines. Avant la COVID-19, la Russie était le 11 e plus grand marché pour les services de transport aérien en termes de nombre de passagers, y compris son vaste marché intérieur. L’Ukraine s’est classée 48e.

L’impact sur les coûts des compagnies aériennes en raison des fluctuations des prix de l’énergie ou du réacheminement pour éviter l’espace aérien russe pourrait avoir des implications plus larges. La confiance des consommateurs et l’activité économique risquent d’être affectées même en dehors de l’Europe de l’Est.

Read Previous

S. Valiela , le photographe des stars au Movenpick Marrakech

Read Next

Le Conseil Exécutif de l’OMT sur le qui-vive !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular