9 décembre 2022

Omra 2022 : Moins de pèlerins à cause du manque de sièges et du renchérissement du prix

Les prix des packages de la Omra 1443/2022 ont augmenté de 2000 à 5000 dirhams cette année. Vols limités, renchérissement des prix des hôtels et complications administratives n’ont pas dissuadé les agences de ce marché. Des vols charters sont prévus pour servir les pèlerins en soif de Omra après deux ans de pandémie.

Suite à la conjoncture actuelle (post-covid et guerre en Ukraine), les coûts de l’énergie ont atteint des paliers sans précédent. Les prix des billets se sont envolés. Les compagnies aériennes ont limité les vols particulièrement après les réorganisations (plan de licenciement et vente et locations d’avions). Selon une source médiatique, l’offre de billets pour l’Arabie Saoudite (Jeddah) a été réduite de 60%. D’après M. Khalid Benazzouz, président de l’association régionale des agences de voyages de Casablanca-Settat (ARAVCS), le billet d’avion représente plus de la moitié du prix du voyage. «Le billet aller-retour Casablanca-Jeddah coûte en moyenne 12.500 Dirhams soit 55% du prix du package pour 10 nuitées. En plus, avec l’entrée en vigueur de la nouvelle plateforme «iatamarna» qui regroupe les compagnies aériennes et les hôtels éligibles, le client n’a plus le droit d’annuler à la dernière minute. Le remboursement est impossible sauf du prix du billet majoré d’une pénalité», explique M. Benazzouz.

Un package plus cher de 2000 à 5000 dirhams

Aujourd’hui, même les prix des hôtels ont augmenté. Suite à la fermeture des établissements pendant deux ans de pandémie, une rénovation et un entretien ont été nécessaires dont les coûts vont être récupérés grâce aux nouveaux prix. Enfin, le pèlerin d’abord triplement vacciné doit souscrire une assurance Covid pour la prise en charge en cas de contamination, de maladie ou d’accident… D’où le renchérissement des prix du voyage. «Le package de 10 nuitées qu’on vendait à 18.000 dirhams en 2019 se vend à au moins 20.000 dirhams dorénavant. Entre un prix du billet qui représente plus de la moitié du prix du voyage, le visa qui coûte 3000 dirhams, l’assurance Covid de 400 dirhams, que reste-t-il pour l’hôtel et la restauration? On est aujourd’hui obligé de réserver un hôtel 3 ou 4* à 1000 m de la Kaaba pour s’en sortir», déclare cet agent de voyages qui a opté pour un groupe de seulement 30 personnes pour la Omra du Ramadan 1443/2022. Pour les agences, la nouvelle plateforme de réservation est très compliquée. «La disponibilité des hôtels à Makkah et Médine n’est pas assurée par la plateforme. Des changements de prix et des annulations sont très fréquentes. Il faut aussi impérativement réserver les transports via la plateforme pour accéder à la demande de visa qui ne dépasse pas 28 jours. En cas de dépassement, l’agence reçoit une amende de 20.000 rials saoudiens/nuit soit plus de 50.000 dirhams», explique M. Abdeslam Mouradi, responsable Omra chez Monarch Travel.

La rentabilité au RDV malgré les complications et une demande moins forte

Le pèlerin reste demandeur. Mais pour Mehdi Rouissi, co-gérant de Air Invest, holding touristique portant l’agence Transatour, le marché de la Omra demeure intéressant mais la demande est inférieure aux années précédentes. «Elle est beaucoup moins importante en terme de volume réel par rapport à celles de 2018/2019. L’offre limitée de sièges dans les avions a aussi freiné les réservations», explique M. Rouissi.  Pour contourner cette contrainte, certaines agences notamment à Marrakech et Agadir ont opté pour des vols charters afin de faire face à la demande. «En effet, après deux années de pandémie Covid-19, les marocains ont envie de voyager. La Omra reste un voyage spirituel très demandé», remarque le président de l’ARAVCS. Malgré les complications administratives et la rareté des sièges, les agences de voyages continuent à servir ce marché jugé encore rentable. L’offre de sièges devrait s’améliorer grâce aux charters de RAM. Saudi Airlines a, elle, annoncé trois vols hebdomadaires reliant Marrakech à Jeddah à partir de fin mai 2022 avant de desservir Barcelone et Malaga à partir du 30 juin 2022 à partir de Ryad et de Jeddah. De par cette nouvelle stratégie marketing, la compagnie souhaite optimiser sa flotte d’avions afin de proposer plus de destinations pendant la période estivale. Sa campagne «Vos destinations estivales» s’adresse aux clients saoudiens qui souhaitent voyager en été et aux étrangers qu’ils soient pèlerins ou simples hôtes du Royaume d’Arabie Saoudite. Changement de stratégie ou simple diversification de produits? Le temps nous le dira.

W.M

Read Previous

Larache abrite les travaux de la Convention Méditerranéenne–MEDICON (12 au 15 mai 2022)

Read Next

Le Maroc au BIT Milan 2022

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular