1 décembre 2022

La RAM annule ses vols sur Dubaï en mai, pourquoi ?

Royal Air Maroc aurait annoncé la suspension de tous ses vols à destination de Dubaï pendant tout le mois de Mai. Surprise générale et chamboulement des calendriers voyages chez les opérateurs et clients marocains. Cette décision est justifiée par la compagnie par des /problèmes techniques/ survenant sur la desserte sans pour autant fournir d’autres détails éclairants, donnant ainsi droit à toutes les interprétations possibles : échec de marketing ? Absence de présence politique sensée être valorisante plutôt qu’avilissante?, ce qui est plus grave encore et très préjudiciable.

Très probablement, les travaux constatés sur l’aéroport international de Dubai ont de forte chances d’être à l’origine de l’annulation des vols de la RAM qui a vu que sa redirection sur aéroport Jbel Ali (distant de plus d’une demi-heure par voiture de l’aéroport de Dubaï) ne rentre pas dans ses chiffres  et ne répond pas aux attentes de ses clients et voyagistes partenaires. Vu que l’infrastructure dans son ensemble de l’aéroport de Dubaï constitue à elle seule déjà un bon argument de vente auprès des voyageurs.. Toutefois, on ne sait pour quelle raison la RAM ne s’est pas débrouillée comme les autres compagnies pour se trouver une place elle aussi à l’aéroport international de Dubaï. Bizarre !

De toute façon, la déconfiture fait largement le lit d’Emirates qui vient de fêter ses 20 ans de présence au Maroc, une présence favorisée d’ailleurs par un tapis rouge toujours mis à sa disposition par l’autorité aéroportuaire, comme lorsque l’aéroport Mohammed V recevait, en mars 2017, le mastodonte du ciel l’A380 acquis par Emirates, très exigeant en termes d’infrastructure nécessaire à son atterrissage et à son décollage sans problème. L’ONDA avait tout déployé pour que l’atterrissage techniquement réussi de l’appareil ressemble plus à un cérémonial de fête qu’à un simple atterrissage de circonstance.

En attendant, certains pensent que la compagnie nationale est réellement poussée à bout et, dans plusieurs décisions qu’elle prend, semble peut-être les prendre à regret faute d’alternative, elle qui « souffre du chaud et du froid pendant toute l’année », acculée à se maintenir au milieu d’une arène où la compétitivité bien subventionnée bal son plein, menaçant de mener la compagnie nationale à l’échafaud.

L’annulation de Dubai en est l’une des émanations, mais cela ne dédouane en rien une remise au goût draconienne de la stratégie marketing de la RAM qui doit porter plus d’attention au segment Tourisme afin de permettre à l’ONMT d’avoir toutes les latitudes légales de subvention.

Quoiqu’il en soit, ça fait mal de voir la seule compagnie nationale dont nous disposons soit en proie aux souffrances dans l’indifférence. Quand on souffre, on commet des erreurs forcément.

Read Previous

Barber Shop Gentlemen Club à Casablanca

Read Next

CA de la CNT : D’une industrie à problèmes à une industrie à solutions

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular