29 novembre 2022

La cerise de Séfrou patrimoine culturel festivalier

Fruit emblématique de la province de Séfrou ; la cerise appartient à la famille des arbres de rosacées qui occupais dans le temps ; les jardins de cerisiers « beldi » de la ville de Séfrou et produisent la cerisette noire, caractérisée par son goût très sucrée à la maturité, et sa queue réputée par ses vertus curatives.

Aussi, ce fruit a été l’origine du plus ancien festival du Maroc qu’est le  » Festival des cerises  » dont la 1ère édition a été organisé en 1920, pour s’inscrire sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO en 2012,.

La superficie agricole occupée par le cerisier au niveau de la province de Séfrou est de l’ordre de 520 Ha (hectares), représentée par 12 variétés de cerisiers importées dont les plus connues sont le Bigarreau van (Hajjar), Bigarreau burlat, Qabla lahmam, Big summit, et la variété tardive Napoléon de couleur jaunâtre.

Selon la Direction provinciale de l’Agriculture de Séfrou, les agriculteurs ont entamé en début juin la récolte des variétés précoces et la production de cette campagne agricole est estimée à 2.200 T (tonnes) avec un rendement moyen de 4,2 T/Ha. Cette production précise-t-on, enregistre un recul de 36% par rapport à la campagne précédente, suite aux conditions climatiques particulières de cette année marquées par de faibles précipitations qui n’ont enregistré que 370 mm et par leur mauvaise répartition temporelle qui ne respecte pas le cycle de croissance des fruits.

Par ailleurs ; ajoute-t-on, les passages des tempêtes grêleuses dans des couloirs de plantation de cerisier, couplé au nombre d’heures de froid insuffisant pour le bon démarrage de l’arbre ont aussi, influencé négativement sur le rendement des cerises par arbre.

La campagne de cueillette des cerises reste un chantier très important qui absorbe une masse salariale saisonnière, puisque 80% de l’activité agricole est lié à la phase de cueillette, de tri et de mise en emballage soit 30.000 journées de travail. Les prix de vente varient de 12 à 30 Dh/kilo selon le calibre et la qualité de la production.

A noter que la filière cerisier a bénéficié dans le cadre du plan Maroc vert de la plantation de 100 Ha de cerisiers et la mise à niveau de 350 ha déjà existante. Actuellement, la plantation de cerisier dans les parcelles privées suit cette dynamique dans le cadre de la nouvelle stratégie agricole « Génération Green 2020-2030 » et bénéficie d’une subvention à hauteur de 60% de la facture de plantation avec un plafond de 9.000DH/Ha dédié à l’agriculteur à titre d’encouragement à l’investissement agricole dans le cadre du fond de développement agricole.

Aussi, les fermes de cerisier peuvent bénéficier des subventions relatives à l’achat du matériel agricole utilisé dans les différentes activités agricoles de l’exploitation, avec une subvention dédiée particulièrement aux zones de plantations de cerisiers et autres rosacées, menacées par les tempêtes de grêle via la couverture des fermes en filets anti grêle encouragées avec un plafond de 50.000DH/Ha.

A souligner enfin que ; malgré les contraintes liées aux circuits de commercialisation, la production de cerises à Séfrou revêt un intérêt particulier et représente une valeur ajoutée pour la trésorerie de l’agriculteur, d’autant plus qu’elle positionne la ville dans un contexte culturel international en tant que capitale de la cerise par excellence.

Mohammed Drihem

Read Previous

Bali en juillet : Logements à petits prix !

Read Next

Y a t-il assez de restaurants Cacher pour les touristes juifs ?

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular