29 novembre 2022

Les opportunités d’investissement dans la transition écologique au Maroc

Alors que l’urgence climatique se fait de plus en plus présente, le Maroc poursuit ses investissements dans le développement durable. Si des grands projets sont aujourd’hui cités en exemple, d’immenses opportunités sont à saisir pour les PME marocaines. C’est un des messages ressortis du dernier webinaire de la Britcham, intitulé « Environnement : quelles opportunités d’affaires dans la transition écologique ? ».

Ciment, fer, acier, aluminium, engrais et électricité. Voilà les cinq secteurs ciblés par le Mécanisme d’ajustement carbone aux frontières de l’UE qui entrera en vigueur en janvier 2023. Si l’ensemble de ces écosystèmes au Maroc est d’or et déjà adapté à ce mécanisme, la liste des secteurs ciblés devrait s’élargir dans les prochaines années. « Le textile est déjà évoqué », a fait savoir Mme Nasma Jrondi, experte en développement durable. L’adaptation est un long chantier qui résonne également comme opportunités. « Les entreprises gagnent en efficacité énergétique, en coûts et en innovation », a-t-elle déclaré. Selon l’experte, « l’idée d’un marché carbone marocain fait son bonhomme de chemin (…) afin d’éviter une double taxation avec l’UE » car le Maroc pourra lui-même taxer les entreprises qui émettent trop de carbone.

Selon Mme Houda Bouchtia, Responsable Commission Economie Verte à la CGEM, plusieurs secteurs d’activités sont appelés à grandir et évoluer grâce à la transition énergétique. Parmi eux : « la mobilité durable, l’économie circulaire, l’efficacité hydrique ». Un nombre croissant de start-up et PME sont appelées à se créer au Maroc.

D’or et déjà, une Talk Force bas carbone a été créée par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement afin d’aider les entreprises à mesure leur émission carbone. Un outil qui peut aider les entreprises à entreprendre le chemin de la décarbonation a ajouté Mme Jrondi.

Pour Mme Amal Benaïssa, responsable finance durable à Bank of Africa, « les banques marocaines vont de plus en plus loin dans l’accompagnement des projets verts ». BOA a notamment été l’une des premières banques à proposer des financements sans subventions sur des projets d’économie circulaire et d’optimisation hydrique.

De son côté, M. Bachir Mouhyi, Lead ESG Compliance Sustainability Platform à l’OCP Group a détaillé le plan du phosphatier dans son objectif de neutralité carbone d’ici 2040.

D’ores et déjà, le groupe a maintenu son empreinte carbone ces dix dernières années tout en augmentant par trois sa productivité. Mais le groupe peut déjà se targuer de disposer de trois mines (sur quatre) qui fonctionnent à l’électricité propre. « L’OCP vise les 100% d’électricité propre d’ici 2030 et réfléchit à développer l’énergie solaire ou l’hydrogène vert ».
Le champ des possibles est permis avec la transition écologique. Si les financements restent le nerf de la guerre, l’octroi de crédits et autres mécanismes financiers est aujourd’hui largement développé au Maroc. Les PME marocaines doivent se saisir des opportunités qui leur sont offertes afin de développer un avantage concurrentiel et une expertise riche et variée.

Read Previous

FORSA : 2000 nouveaux projets retenus

Read Next

Ouverture du plus grand rooftop de Casablanca

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular