8 décembre 2022

Pour une gestion touristique ecofriendly

La circulaire alarmante mais nécessaire du ministère de l’Intérieur adressée aux Walis et Gouverneurs leur enjoignant de prendre les mesures préventives qu’il faut face à la pénurie d’eau comme partout dans le monde suite à la vague de sécheresse qui sévit sur la planète, interpelle aussi les entreprises touristiques consommatrices de beaucoup de volumes d’eau, comme les hôtels et les golfs. Ce sont les deux secteurs qui viennent à l’esprit à première vue. Pour les hôtels, surtout les villages de vacances, la consommation d’eau est phénoménale : souvent de grandes piscines nécessitant des milliers de mètres cubes fréquemment renouvelés, forte consommation par les clients dans les douches sachant que le nombre des chambres est élevé dans ces structures d’hébergement destinées aux familles, arrosage quotidiens des espaces jardins généralement très prédominants en milieu péri-urbain, etc. Fort heureusement, bon nombre de ces établissements adoptent des stratégies de gestion aquatique économes en eau si ce n’est par recyclage des eaux pour certains.

Mais là où la gestion des eaux demeure souvent décriée concerne certainement les parcours de golf tenus d’être toujours verdoyants pour le loisir de pratique de ce sport, donc un arrosage en continu soit par eau potable soit à travers pompage directement de puits provenant des nappes phréatiques souterraines.

Or, la stratégie du tourisme golfique est de trois dimensions : La première porte sur la promotion d’un golf « ecofriendly » en tant que moyen de valorisation de l’environnement, la deuxième, d’ordre urbanistique, concerne la mise en place de greens intégrés dans l’écosystème et la troisième revêt un caractère environnemental qui tient compte de l’impact des golfs sur leur contexte immédiat.

Dans ce cadre, le renforcement de l’offre golfique au Maroc doit nécessairement tenir compte de l’importance accordée à la réutilisation des eaux usées surtout que les parcours de golf sont adossés à des agglomérations urbaines (Mogador, Agadir, Marrakech et Rabat, entre autres), l’encouragement de l’utilisation des énergies renouvelables et la promotion de types de gazon moins consommateurs d’eau et ne faisant pas appel aux insecticides.

On convient que le golf est une niche très importante pour le tourisme marocain au vu de sa valeur ajoutée, dès lors qu’un touriste golfique dépense 30 PC de plus qu’un touriste classique », ajoutant que le tourisme de golf peut aussi servir de vecteur de taille en tant que leader d’opinion « qui donne plus de visibilité à la destination Maroc. Mais pas au détriment de la sauvegarde de l’environnement, tout de même !

Read Previous

21ème édition du Festival National d’Ahidouss (5-7 août 2022)

Read Next

Dîner de prestige à Dar Diaffa Marrakech

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular