8 décembre 2022

Le tourisme mondial récupère 60% de son activité

Le tourisme international a continué de montrer de forts signes de reprise, les arrivées atteignant 57 % des niveaux d’avant la pandémie au cours des sept premiers mois de 2022.

Selon le dernier Baromètre OMT du tourisme mondial, les arrivées de touristes internationaux ont presque triplé de janvier à juillet 2022 (+172%) par rapport à la même période de 2021. Cela signifie que le secteur a récupéré près de 60% des niveaux d’avant la pandémie. La reprise régulière reflète la forte demande refoulée de voyages internationaux ainsi que l’assouplissement ou la levée des restrictions de voyage à ce jour (86 pays n’avaient aucune restriction liée au COVID-19 au 19 septembre 2022).

On estime que 474 millions de touristes ont voyagé à l’étranger au cours de la période, contre 175 millions au cours des mêmes mois de 2021. On estime que 207 millions d’arrivées internationales ont été enregistrées en juin et juillet 2022 combinés, soit plus du double du nombre observé au cours des deux mêmes mois l’an dernier. . Ces mois représentent 44 % du total des arrivées enregistrées au cours des sept premiers mois de 2022. L’Europe a accueilli 309 millions de ces arrivées, soit 65 % du total.

L’Europe et le Moyen-Orient ont affiché la reprise la plus rapide en janvier-juillet 2022, avec des arrivées atteignant respectivement 74 % et 76 % des niveaux de 2019. L’Europe a accueilli près de trois fois plus d’arrivées internationales qu’au cours des sept premiers mois de 2021 (+190%), avec des résultats dopés par une forte demande intra-régionale et des voyages en provenance des États-Unis. La région a enregistré des performances particulièrement robustes en juin (-21 % par rapport à 2019) et en juillet (-16 %), reflétant une période estivale chargée. Les arrivées ont atteint environ 85 % des niveaux de 2019 en juillet. La levée des restrictions de voyage dans un grand nombre de destinations a également alimenté ces résultats (44 pays d’Europe n’avaient aucune restriction liée au COVID-19 au 19 septembre 2022).

Le Moyen-Orient a vu les arrivées internationales presque quadrupler en glissement annuel en janvier-juillet 2022 (+287%). Les arrivées ont dépassé les niveaux d’avant la pandémie en juillet (+3%), dopées par les résultats extraordinaires affichés par l’Arabie saoudite (+121%) suite au pèlerinage du Hajj.

Les Amériques (+103%) et l’Afrique (+171%) ont également enregistré une forte croissance en janvier-juillet 2022 par rapport à 2021, atteignant respectivement 65% et 60% des niveaux de 2019. L’Asie et le Pacifique (+165 %) ont vu les arrivées plus que doubler au cours des sept premiers mois de 2022, bien qu’elles soient restées inférieures de 86 % aux niveaux de 2019, car certaines frontières sont restées fermées aux voyages non essentiels.

Plusieurs sous-régions ont atteint 70 % à 85 % de leurs arrivées pré-pandémiques en janvier-juillet 2022. L’Europe du Sud de la Méditerranée (-15 % par rapport à 2019), les Caraïbes (-18 %) et l’Amérique centrale (-20 %) ont affiché la reprise la plus rapide vers les niveaux de 2019. L’Europe de l’Ouest (-26 %) et l’Europe du Nord (-27 %) affichent également de bons résultats. En juillet, les arrivées se sont rapprochées des niveaux d’avant la pandémie dans les Caraïbes (-5%), l’Europe du Sud et méditerranéenne (-6%) et l’Amérique centrale (-8%).

Parmi les destinations déclarant des données sur les arrivées internationales au cours des cinq à sept premiers mois de 2022, celles dépassant les niveaux pré-pandémiques étaient : les îles Vierges américaines (+32 % par rapport à 2019), l’Albanie (+19 %), Saint-Martin (+15 % ), Éthiopie et Honduras (+13 % chacun), Andorre (+10 %), Porto Rico (+7 %), Émirats arabes unis et République dominicaine (+3 % chacun), Saint-Marin et El Salvador (+1 % chacun ) et Curaçao (0%).

Parmi les destinations déclarant des données sur les recettes du tourisme international au cours des cinq à sept premiers mois de 2022, la Serbie (+73%), le Soudan (+64%), la Roumanie (+43%), l’Albanie (+32%), la Macédoine du Nord (+ 24 %), le Pakistan (+18 %), la Turquie, le Bangladesh et la Lettonie (tous +12 %), le Mexique et le Portugal (tous deux +8 %), le Kenya (+5 %) et la Colombie (+2 %) ont tous dépassé niveaux pandémiques en janvier-juillet 2022.

La reprise en cours est également perceptible dans les dépenses du tourisme émetteur des principaux marchés sources. Les dépenses de la France ont grimpé à -12% en janvier-juillet 2022 par rapport à 2019 tandis que les dépenses de l’Allemagne ont grimpé à -14%. Les dépenses du tourisme international se sont établies à -23 % en Italie et à -26 % aux États-Unis.

Des performances solides ont également été enregistrées dans le trafic aérien international de passagers, avec une augmentation de 234 % en janvier-juillet 2022 (45 % en dessous des niveaux de 2019) et une reprise de quelque 70 % des niveaux de trafic d’avant la pandémie en juillet, selon l’IATA.

Une demande plus forte que prévu a également créé d’importants défis opérationnels et de main-d’œuvre dans les entreprises et les infrastructures touristiques, en particulier les aéroports. En outre, la situation économique, exacerbée par l’agression de la Fédération de Russie contre l’Ukraine, représente un risque baissier majeur. La combinaison de la hausse des taux d’intérêt dans toutes les grandes économies, de la hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires et des perspectives croissantes d’une récession mondiale, comme l’indique la Banque mondiale, constitue une menace majeure pour la reprise du tourisme international jusqu’en 2022 et 2023. Le potentiel ralentissement est visible dans le dernier indice de confiance de l’OMT, qui reflète des perspectives plus prudentes, ainsi que dans les tendances des réservations qui montrent des signes de ralentissement de la croissance.

Sur une échelle de 0 à 200, le panel d’experts en tourisme de l’OMT a noté la période mai-août 2022 avec un score de 125, correspondant aux attentes optimistes exprimées par le panel dans l’enquête de mai pour la même période de 4 mois (124).

Les perspectives pour le reste de l’année sont prudemment optimistes. Bien que des performances supérieures à la moyenne soient attendues, les experts du tourisme ont évalué la période septembre-décembre 2022 avec un score de 111, en dessous du score de 125 des quatre mois précédents, montrant une baisse des niveaux de confiance. Près de la moitié des experts (47%) voient des perspectives positives pour la période septembre-décembre 2022, tandis que 24% n’attendent aucun changement particulier et 28% estiment que cela pourrait être pire. Les experts semblent également confiants quant à 2023, puisque 65% voient de meilleures performances touristiques qu’en 2022.

L’environnement économique incertain semble néanmoins avoir inversé les perspectives d’un retour aux niveaux d’avant la pandémie à court terme. Quelque 61% des experts voient désormais un retour potentiel des arrivées internationales aux niveaux de 2019 en 2024 ou plus tard, tandis que ceux indiquant un retour aux niveaux pré-pandémiques en 2023 ont diminué (27%) par rapport à l’enquête de mai (48%). Selon les experts, l’environnement économique continue d’être le principal facteur pesant sur la reprise du tourisme international. La hausse de l’inflation et la flambée des prix du pétrole entraînent une hausse des coûts de transport et d’hébergement, tout en mettant sous pression le pouvoir d’achat et l’épargne des consommateurs.

(D’après l’OMT)

Read Previous

L’Institut Groupe CDG organise un webinaire sur le tourisme (jeudi 29 septembre)

Read Next

Quelques flops du Top Resa 2022 made in Morocco

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular