29 novembre 2022

Always welcome !

C’est étrange que les mauvais commentaires soient partagés à cœur joie sur les réseaux professionnels, souvent avec zèle, quand les nouvelles partagées sont de très mauvais augures commentant des cas isolés à ranger dans la case des faits divers pas plus. Pas besoin de souffler sur l’étincelle pour déclencher un incendie, au risque que nous soyons les premiers à brûler.

C’est ce qui est arrivé avec la mésaventure courue et racontée par un participant au « Sahara Challenge », rallye classique d’anciennes voitures qui s’est déroulé récemment et dont certains véhicules en compétition ont été pris à partie par des enfants dans un quelconque village de montagne. Jets de pierres de gamins mais aucune agression physique ou vol d’une de ces voitures de collection, comme il arrive souvent dans des capitales occidentales.

Pas de quoi faire tout un drame et occulter l’un des fondamentaux de l’exception marocaine : l’hospitalité. L’acte est certainement condamnable et n’a pas lieu d’être mais il est perpétré par des enfants et non pas des adultes pour être tellement pris au sérieux et jeter le haro sur une toute destination qui a toujours accueilli ses invités à bras ouverts et avec le sourire.

A qui la faute ? La faute est partagée. D’abord, les organisateurs assument la responsabilité du désagrément en choisissant le mauvais jour où les enfants ne sont pas à l’école. Peut-être qu’ils auraient pensé, bien avant leur passage dans le village ou douar de l’incident, à rendre visite à l’autorité locale concernée et l’école rurale pour sensibiliser les enfants et les préparer psychiquement, comme le font d’ailleurs les organisateurs du rallye Maroc Classic, Rallye Aicha des Gazelles, rallye des L, etc. Des tournois qui n’ont jamais vécu de mésaventures du genre, au contraire ils étaient, d’édition en édition, toujours accueillis comme des princes.

Mais ce qui fait mal dans tout cela, c’est cette manie à essaimer tout autour à travers les réseaux professionnels censés pourtant être co-constructifs et démontrer le meilleur de notre hospitalité et notre civilisation au lieu de faire le lit de ceux qui nous considèrent comme des indigènes, des barbares qui manquent d’éducation.

Toutefois, nous compatissons avec le commentaire du pilote anglais si on s’en tient à sa version condamnant les enfants jeteurs de cailloux comme nous comprenons sa décision de ne plus remettre les pieds au Maroc. D’ailleurs libre à lui de faire son choix. Mais il ne peut pas convaincre ces dizaines de milliers de touristes anglais à rallier sa thèse négativiste les associations d’agents de voyages et tour-opérateurs britanniques regroupés dans l’ABTA qui ont choisi de tenir leur congrès à Marrakech en ce mois d’Octobre, comme il ne peut pas non plus empêcher ces centaines de milliers de touristes anglais en prédilection pour notre destination. Coup d’épée dans l’eau…

Read Previous

Le Maroc Champion d’Afrique de Golf Amateur

Read Next

1ère édition du festival d’Azemmour (17-18 juin 2023)

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular