9 février 2023

Lahcen Zelmat Consul Honoraire de Pologne : Enseignements !

La semaine dernière, Lahcen Zelmat, Président de la FNIH, fut nommé Consul Honoraire de la Pologne à l’occasion de l’inauguration du nouveau Consulat polonais à Marrakech.

Bien accueillie par la communauté professionnelle, sa nomination eut lieu après plusieurs mois durant lesquels il eut satisfait à tous les critères requis auprès des administrations compétentes des gouvernements du Maroc et de la Pologne. Ce qui témoigne, une fois de plus, du bon aloi dont il bénéficie même au niveau diplomatique.

Toutefois, cette nomination interpelle la communauté professionnelle sur l’intérêt de pareil événement sur l’industrie touristique. Représente t-elle une plus-value dans la soft power touristique nationale? Assurément, car la diplomatie a de tous tems constitué un contributeur de poids dans la promotion d’une destination, d’une région ou d’une localité. D’autant plus que la conjugaison des deux casquettes de professionnel connaisseur et de diplomate d’un pays à marché potentiellement émetteur est une carte gagnante que Zelmat le diplomate actionnera certainement, vu qu’il n’a sans cesse milité pour la bonne cause touristique du Maroc, tant à la FNIH qu’à la CNT.

Une nomination positive, en fin de compte qui pose, autrement, plusieurs interrogations sur le peu de représentativité de nos professionnels tant dans les 2 chambres du Parlement. qu’au niveau de la diplomatie étrangère. Pourtant, il est prouvé qu’une implication plus soutenue des professionnels dans la politique et la diplomatie porte toujours ses fruits dans la discussion, par exemple, des budgets, textes de lois, subventions, etc. Comme c’est le cas en France où les professionnels du tourisme, élus de leurs régions dans le sénat défendent bien les intérêts du secteur, au lieu de recourir à des confrères portes-causes pour faire entendre leur cause alors que ces derniers ont d’autres priorités qui n’ont souvent rien à voir avec le tourisme et ses employés.

A part quelques professionnels proprement dit au Parlement et à la 2ème Chambre qui se comptent sur les doigts de la main et moins en diplomatie, la représentativité est plus que faible pour défendre de grandes causes, de faire bloc uni face à des textes de loi anti-développement. Pourtant, une implication plus représentative pour surmonter les séries de pannes bloquant tout effort et toute ambition d’aller mieux sont freinées, alors que le salut est à portée de main. Il y a toujours des voix non entendues  appelant les professionnels du tourisme à intégrer les chambres de commerce, voire mettre en place même des Chambres du Tourisme. Si cela venait à arriver, le secteur aura des chances d’être mieux protégé, entendu, subventionné, etc. Pourquoi ne l’osant toujours pas ?

Il est toujours d’y réfléchir, en ayant à l’esprit les souffrances endurées pendant la crise et de prévoir l’avenir avec prudence en s’armant cependant de toutes les armes possibles, y compris celles du politique et du diplomatique…

Read Previous

Bûche arabo-andalouse au The Oberoi Marrakech 

Read Next

Lancement du concours National d’Innovation des Startups Touristiques

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular