25 juillet 2024

Ministre du Tourisme : 2023 est une « année de rupture »

L’évolution des arrivées touristiques au Maroc connaît, d’après le ministère du Tourisme, un essor remarquable durant ce début d’années avec 5.1 millions d’arrivés touristiques à fin mai 2023, soit une croissance de 20% par rapport à la même période de 2019. Le mois de mai, quant à lui, se distingue par une croissance record de 55% avec 1,1 million d’arrivées comparé à 2019.

Il est important de rappeler que l’année 2019 est considérée, jusque-là comme l’année de référence pour le secteur. En affichant ces croissances à deux chiffres, 2023 s’annonce comme une année de rupture pour le tourisme marocain.

Cette tendance positive impacte positivement les recettes touristiques qui ont atteint à leur tour 32 milliards de dirhams à fin avril 2023, soit 40% de plus que 2019.

Plusieurs marchés émetteurs majeurs portent cette croissance, notamment les marchés espagnol, britannique, israélien et italien qui enregistrent des croissances respectives de 46%, 29%, 158% et 10%.

Fatim-Zahra Ammor, Ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie Sociale et Solidaire s’en réjouit: « Nous sommes très fiers de ces réalisations, qui sont le résultat du plan d’urgence de 2 Mrds de Dh que le gouvernement a mis en place pour soutenir les professionnels en 2022 et leur permettre notamment de mettre à niveau l’offre hôtelière, aux nombreuses actions offensives que nous menons en termes d’aérien, de promotion et de référencement du Maroc auprès des grands Tour-Opérateurs, ainsi qu’au dynamisme des opérateurs du secteur. Sans oublier bien sûr l’exploit des Lions de l’Atlas qui a propulsé notre pays sur le devant de la scène internationale».

Nonobstant ce regain de vigueur, les performances annoncées par le ministère du Tourisme butent quelque peu au constat réducteur enregistré au mois d’avril qui a connu une baisse des nuitées assez conséquente: Une baisse certainement due à l’offre concurrentielle des appartements meublés et autres structures d’hébergement.

En tout, on note une baisse équivalente à -37% chez les résidents et -15% chez les TES. Alors que le cumul de janvier à fin avril, il fait ressortir -8% par rapport à l’année de référence 2019, ventilée à -9% chez les non-résidents et à -7% chez les résidents. Quand à la variation baissière des villes touristiques, elle se présente come suit :

-Casablanca : -40%

-Rabat : -37%

-Fez : -31% 

-Agadir : -26%

-Tanger : -21% 

-Marrakech : -7% 

Read Previous

Taghazout Bay met son potentiel résidentiel premium en promotion à Paris

Read Next

Le Petit Prince de Tarfaya

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *