22 juillet 2024

La RAM peut-elle vraiment s’en sortir cet été ?

C’est devenu désormais une habitude : Comme chaque été, avec l’augmentation de l’affluence des voyageurs à destination et en provenance du Maroc, les retards ou annulations de vols de la Royal Air Maroc en deviennent le monopole regrettable, un véritable cauchemar pour les passagers.

Ce scénario qui se répète chaque année nous donne une image essentielle selon laquelle certains responsables de la compagnie, s’ils ne sont pas capables de réussir la saison estivale, pour laquelle des préparatifs sont nécessaires des mois à l’avance à travers des contrats importants répondant aux exigences.

Le triste souvenir dans ce dossier est sans doute la panne moteur sur l’un des avions gros-porteurs, un Airbus A340, qui a commencé à opérer des vols pour la Royal Air Maroc il y a plus de deux semaines, et qui est demeuré cloué au sol de l’aéroport Mohammed V, entraînant plusieurs retards de vols pour la compagnie et un manque financier à gagner énorme, sans parler de crédibilité et d’image. Cette indisponibilité d’un gros-porteur entraîne en effet de nombreux retards de vols pour la compagnie.

Malgré les préparatifs pourtant louables, les retards et annulations de vols de la Royal Air Maroc restent un problème récurrent et menacent même cette saison. Avec l’augmentation du trafic aérien vers et depuis le Maroc, la compagnie nationale peine à offrir un service fiable à ses passagers.

Selon les experts, ces problèmes à répétition sont le signe que la Royal Air Maroc n’arrive pas à bien se préparer à la saison estivale, pourtant déterminante pour son activité et ses engagements. Quand on sait que la planification rigoureuse des équipements et du personnel est nécessaire des mois à l’avance, mais c’est ce qui semble lui faire défaut. La situation est d’autant plus préoccupante que la compagnie prévoit d’augmenter significativement sa capacité cet été, avec plus de 6,5 millions de sièges offerts sur plus de 90 destinations. Cependant, sans une organisation optimale, ces ambitions risquent d’être compromises et de nuire davantage à l’image de la Royal Air Maroc.

Read Previous

Un vent de Grèce berce le Deck du Fairmont Rabat

Read Next

Accor introduira de nouvelles marques au Maroc 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *