25 juillet 2024

Développement du tourisme rural au Maroc : Faut-il vraiment y croire ?

Sans conteste, le Maroc, fort de sa diversité naturelle, connaît un engagement sans précédents de ses prescripteurs touristiques, publics comme privés, pour le développement du tourisme rural. D’ailleurs, les destinations rurales attirent non seulement les touristes étrangers, mais de plus en plus de Marocains en quête d’expériences authentiques et de rencontres avec les grands espaces et la nature. Le pays, doté de vastes potentialités, se positionne ainsi comme une destination de choix pour le tourisme rural dans différentes régions du royaume.

Dans un souci d’harmonie avec l’environnement, le tourisme rural au Maroc met l’accent sur les aspects écologiques. Les retours positifs de 88% des touristes étrangers quant à la satisfaction à l’égard de l’écotourisme et du tourisme durable confirment l’importance accordée à cette dimension.

À l’échelle mondiale, l’attrait pour le tourisme rural s’est intensifié, atteignant 69% des touristes qui considèrent ce critère dans le choix de leur destination, particulièrement après les perturbations causées par la pandémie de COVID-19 sur le marché touristique mondial.

La feuille de route 2023-2026 place le tourisme rural au cœur de sa stratégie, avec trois thèmes majeurs : la nature et les activités de plein air, les aventures dans le désert et les oasis, ainsi que le tourisme intérieur axé sur la nature.

Complétant cette vision, cinq axes horizontaux définissent les priorités, couvrant les produits locaux, les festivals et les saisons, l’industrie artisanale et les compétences locales, les hébergements alternatifs tels que les campings, et le développement durable.

Pour concrétiser ces objectifs ambitieux, cinq laboratoires d’impulsion ont été mis en place, rassemblant partenaires, institutions et experts spécialisés. En parallèle, des accords sont en cours d’exécution pour le développement du produit touristique naturel dans les régions rurales.

Le Maroc a concrétisé ces ambitions par des projets concrets, tels que la réhabilitation de parcs, la création de centres d’accueil et le développement d’infrastructures touristiques. Des régions telles que Béni Mellal-Khénifra, Marrakech-Safi, les régions du Sud, et Draâ-Tafilalet ont bénéficié de ces initiatives.

Pour stimuler les investissements dans les zones rurales, des incitations financières allant jusqu’à 30% sont offertes pour les projets de dynamisation touristique. Un soutien technique couvrant jusqu’à 90% des coûts d’études, de consultations, d’assistance technique et de formation est également prévu.

Afin de renforcer l’accessibilité aux destinations rurales, des liaisons aériennes ont été développées. Ouarzazate est désormais connectée à des villes telles que Londres, Barcelone, Marseille et les îles Canaries. Errachidia est liée à Paris, et grâce à un partenariat avec Ryanair, plusieurs destinations prisées pour le tourisme rural seront accessibles nationalement et internationalement.

Cette stratégie ambitieuse positionne le Maroc comme une destination de choix pour le tourisme rural, contribuant ainsi à un avenir durable tout en offrant des expériences enrichissantes pour les visiteurs.

Read Previous

Et pourtant, il y a de quoi être optimiste !

Read Next

La Feuille de Route Tourisme est-elle toujours viable ?

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *