22 juillet 2024

Finies les files d’attente aux aéroports ?

A peine installé dans ses fonctions à la tête de l’ONDA, que le très dynamique A. El Fakir se met au boulot pour débloquer les blocages tragicomiques empêtrant l’aéroport Mohammed V dans les risées du laisser-aller les plus handicapantes et qui, franchement, n’avaient pas lieu d’être en regard des ambitions touristiques du Maroc. Donc, le nouveau DG de l’ONDA a vite fait s’attaquer à ce qui fait le plus mal à l’image de notre destination, en parfait connaisseur des réels besoins de l’écosystème voyages pour le rayonnement duquel il œuvrait non stop.

A son initiative, l’introduction de portails électroniques biométriques dans cinq des principaux aéroports marocains représente une avancée significative vers une fluidité accrue du tourisme et une gestion efficace des flux de passagers. Finies, donc, les files d’attente longues et fastidieuses serpentant aux points de contrôle frontaliers. 

Cette nouvelle mesure a le mérite de moderniser et sécuriser les procédures d’entrée et de sortie des voyageurs. Les portails électroniques fonctionnent, d’après un communiqué de l’ONDA, en utilisant des techniques avancées de reconnaissance biométrique, telles que la comparaison faciale avec les informations contenues dans les passeports électroniques des passagers. Ce processus automatisé réduit considérablement le temps nécessaire pour vérifier l’identité d’un passager, souvent en moins de 15 secondes, ce qui est crucial dans un contexte où la rapidité et l’efficacité sont essentielles pour une expérience de voyage fluide.

En facilitant un processus d’embarquement et de débarquement plus rapide et moins dépendant du personnel, les portails électroniques permettent non seulement de réduire les files d’attente mais aussi d’améliorer la satisfaction des passagers. Cette technologie aligne les aéroports marocains sur les normes internationales et répond à une demande croissante de sécurité et de commodité dans les voyages aériens.

Cette mise à niveau vers la numérisation des services aéroportuaires s’inscrit dans une tendance mondiale où de nombreux pays adoptent des solutions technologiques pour renforcer la sécurité tout en optimisant l’efficacité opérationnelle. Les avantages vont au-delà de la simple réduction des temps d’attente : ils incluent également une meilleure gestion des ressources humaines et une diminution des coûts opérationnels à long terme pour les aéroports.

Touristiquement parlant, ces innovations promettent d’accroître l’attractivité du pays en tant que destination accueillante et moderne. En offrant une première impression positive dès l’arrivée, les portails électroniques contribueraient en effet à renforcer la réputation du Maroc en tant que destination touristique de choix, tout en soutenant les objectifs de croissance économique nationale.

En alignant le Maroc sur les meilleures pratiques mondiales, cette initiative soutenue par l’ONDA illustre l’engagement continu du pays à améliorer l’infrastructure aéroportuaire et à renforcer sa position sur la scène internationale du tourisme.

Et il y a de quoi. L’adoption croissante de technologies avancées dans les aéroports à travers le monde reflète une tendance globale vers l’innovation numérique visant à améliorer l’expérience des voyageurs et la gestion des flux. De nombreux pays, parmi lesquels le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, les Émirats arabes unis, les États-Unis, le Mexique, le Brésil, l’Inde, la Chine et la Corée du Sud, prévoient d’intégrer la biométrie sur l’ensemble de l’expérience aéroportuaire d’ici les cinq prochaines années, illustrant ainsi une adoption généralisée de cette technologie.

Singapour et la Malaisie se démarquent également par leurs aéroports offrant des services de pointe et des espaces innovants pour les voyageurs, renforçant ainsi leur attractivité en tant que destinations de transit. Ces initiatives comprennent des installations telles que les ordinateurs et tablettes en libre-service, le WiFi gratuit, et des espaces de recharge électrique, permettant aux passagers de maximiser leur efficacité et leur confort pendant leur séjour à l’aéroport.

Des exemples concrets illustrent les bénéfices tangibles de ces innovations. À l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, l’implémentation de systèmes d’échanges d’informations entre aéroports a permis de réduire significativement le temps de roulage et d’attente des avions, entraînant une diminution notable des émissions de CO2. De même, le méga-aéroport de Beijing-Daxing a su intégrer efficacement de nouvelles mesures sanitaires tout en maintenant ses performances opérationnelles, malgré les défis financiers rencontrés.

Les équipements de « self-service », tels que l’enregistrement en ligne, l’embarquement biométrique, le dépose-bagage automatique et le passage automatisé des frontières, sont désormais largement déployés dans plus de 20% des aéroports mondiaux. Ces solutions optimisent les flux de passagers et améliorent l’efficacité opérationnelle, contribuant ainsi à répondre à la demande croissante de mobilité aérienne tout en minimisant les temps d’attente et les congestions.

Read Previous

La SMIT cherche à humaniser l’économie touristique nationale 

Read Next

Point de vue sur la stratégie estivale 2024 de la RAM

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *