9 décembre 2022

Les « Oiseaux du Maroc »

Tout récemment ; un ouvrage important sur les oiseaux du Maroc est apparu en France et devrait être disponible au Maroc très prochainement. Il s’agit du Livre Intitulé « Oiseaux du Maroc » – Birds of Morocco – de ses co-auteurs Patrick Bergier, Michel Thévenot, Abdeljebbar Qninba et Jean-Roch Houllier édité par la Société d’Etudes Ornithologiques de France (S.E.O.F.) avec le concours de Go-South, GREPOM/BirdLife Maroc et l’Institut Scientifique de Rabat.

Selon Pr Abdeljebbar Qninba du Laboratoire de Géo-Biodiversité et patrimoine naturel (GEOBIO) de l’Institut Scientifique de Rabat et Co-auteur de l’ouvrage, ce dernier présente les 582 espèces d’oiseaux répertoriés jusqu’à maintenant au Maroc, 215 espèces s’y reproduisent régulièrement, 188 le survolent deux fois par an en migration et 154 y sont considérées comme accidentelles.

Pr Abdeljebbar Qninba

La liste systématique a-t-il ajouté ; synthétise les données disponibles sur les divers aspects de l’écologie des oiseaux : distribution, migration, hivernage, reproduction, de même que sur l’origine des migrateurs et des hivernants. Dans cet ouvrage ont été intégrées également des informations sur l’historique des prospections ornithologiques, la géographie et le climat, la végétation et les différents milieux, ainsi que sur les zones d’importance pour les oiseaux a-t-il ajouté.

« Présentant des systèmes écologiques très diversifiés allant de la Haute Montagne au désert du Sahara et une côte marine longue de plus de 3 000 kilomètres, d’une part, et situé au carrefour de plusieurs domaines biogéographiques et plusieurs voies de migration, le Maroc héberge un peuplement d’oiseaux très riche et varié » a-t-il précisé.

D’après Pr Qninba, cette réalité avait attiré depuis longtemps des ornithologues professionnels et amateurs qui ont publié des articles et rapports scientifiques depuis le 19ème siècle. Mais il a fallu attendre 2003 pour voir la première grande synthèse des données cumulées jusqu’alors ; cette synthèse (Birds of Morocco), rédigée en anglais, est due à M. Thévenot, R. Vernon et P. Bergier.

Selon notre interlocuteur, le Sahara Atlantique Marocain est resté en revanche fermé aux recherches naturalistes à cause des problèmes liés à la sécurité et ce n’est que durant ces deux dernières décennies que ce vaste territoire a pu être prospecté permettant ainsi de mieux connaitre ses divers peuplements végétaux et animaux dont celui des oiseaux. Sur cette base avance-t-il ; une synthèse spécifique au peuplement « d’Oiseaux du Sahara Atlantique Marocain » a pu être rédigée et publiée en français en 2017 par l’équipe composée des professeurs chercheurs P. Bergier, M. Thévenot et A. Qninba, en collaboration avec J.-R. Houiller.

Cette même équipe avait-il conclu, vient de publier en cette année 2022, une plus récente synthèse bilingue (français/anglais) : « Oiseaux du Maroc » – Birds of Morocco -.

Selon GREPOM /BirdLife Maroc, notre pays présente des systèmes écologiques très diversifiés allant de la Haute Montagne au désert du Sahara et une côte marine longue de plus de 3 000 kilomètres, d’une part, et situé au carrefour de plusieurs domaines biogéographiques et plusieurs voies de migration et héberge ainsi un peuplement d’oiseaux très riche et varié.

A la lecture de ce nouvel ouvrage, on trouvera des cartes de répartition schématisant les aires de répartition et d’hivernage ainsi que des informations sur l’historique des prospections ornithologiques, la géographie et le climat, la végétation et les différents milieux, et les zones d’importance pour les oiseaux. Une bibliographie exhaustive et un index des lieux terminent l’ouvrage.

A noter aussi que depuis 2003, lorsque Michel Thévenot et ses co-auteurs ont publié le livre « Birds of Morocco » resté comme référence de l’ornithologie marocaine pendant près de deux décennies, selon GREPOM, beaucoup de choses ont changé dans la scène ornithologique du Maroc. « Nous avons constaté un nombre croissant de chercheurs et d’amateurs qui ont commencé à s’intéresser aux oiseaux, à la photographie et à la conservation de leurs habitats » remarque-t-on. Cet intérêt est suscité en grande partie grâce au développement et la maturité que les ONG marocaines, dont le GREPOM, ont acquis et à l’appui de l’Institut Scientifique et le Département des Eaux et Forêts.

On signale enfin que GREPOM/BirdLife Maroc est très fier de ce livre et de l’événement, non seulement par ce qu’il a contribué à son impression, mais parce que ses membres ont joué un rôle très important comme stimulateurs de l’ornithologie marocaine et comme porteur de ce flambeau avec le soutien de leurs partenaires nationaux et internationaux.                                                     

Mohammed Drihem

Read Previous

La RAM est la 1ère compagnie africaine à être certifiée Cargo iQ 

Read Next

Casablanca accueille la 5ème édition du salon Cosmetista (18-21 juin 2022)

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular