9 décembre 2022

Comment repenser le tourisme à Casablanca?

A l’instar des autres CRTs du Maroc, le CRT Casablanca-Settat est impatient de participer les 21 et 22 septembre au salon IFTM, l’un des plus importants salons d’Europe, tout en s’armant d’un agenda plein de rencontres prévues avec divers partenaires MICE, nourri d’ambitions pragmatiques dans l’objectif de donner plus de dynamisme à l’offre régionale en matière de congrès et incentives, avec l’infrastructure dédiée existante bien sûr.

Une fois de retour, le CRTCS a dans le pipe une action encore plus porteuse dans son agenda d’activités. En effet, à l’occasion de la Journée Mondiale du Tourisme, fêtée chaque 27 septembre par la communauté internationale du tourisme, il organise, une rencontre et une conférence où seront invités élus, autorité publique, responsables institutionnels et administration du Tourisme, associations professionnelles régionales, chercheurs et différents opérateurs et acteurs du tourisme au Maroc.

Cette rencontre aura une thématique, adossée d’ailleurs à celle adoptée par l’Organisation Mondiale du Tourisme : Repenser le tourisme. C’est tout un débat que la conjoncture impose après deux années d’arrêt d’activité touristique où l’observation et la remise en compte ont été la préoccupation principale des opérateurs tant au niveau régional que national, exigeant des impératifs d’adaptation du produit aux mutations mondiales.

Ces moyens et outils d’adaptation et ses projections futures seront vraisemblablement au menu de la rencontre programmée par le CRTCS, mais avec une approche plutôt orientée locale et régionale où tous les intervenants en matière de développement de la ville sont concernés. Car on ne peut pas imaginer un futur touristique serein à Casablanca, par exemple, sans implication soutenue des –––intervenants publics de l’urbanisme, de l’environnement, de l’hygiène, de la sécurité, etc. Et surtout une prise de conscience réelle chez les habitants de la prévalence du tourisme dans l’économie locale et la création de l’emploi, dans un environnement sain qui s’y prête le mieux. L’économie touristique est, peut-être, la seule industrie à effet domino où les intérêts généraux d’une ville ou d’une région s’imbriquent, se fusionnent et s’interagissent pour l’intérêt de tous. A Casablanca, immense métropole, l’appel à contribution collective est plus sollicitée pour réaliser une smart city véritable, bâtir une métropole internationale moderne incontournable, voir enfin éclore des entreprises prospères et des citoyens satisfaits.

C’est seulement de cette façon que la destination peut repenser son tourisme où toutes les forces vives et société s’impliquent pour de bon, afin que les projets touristiques partent du bon pied loin des nuisances et tracasseries qui peuvent fausser toute la donne.

Un vaste chantier de réflexion est, donc engagé et sur lequel le CRTCS jettera de la lumière lors de la rencontre qu’il organise où divers intervenants publics et privés sont attendus pour écouter et répondre aux différents questionnements que les opérateurs et citoyens se posent à haute voix.

Read Previous

Morimoto Taghazout Bay, un an déjà !

Read Next

Lancement de la 3ème édition du programme MOAZARA

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular