25 juin 2024

Compte-rendu de La réunion CNT-CGEM

Il s’agit particulièrement d’une session d’Echanges sur la Conjoncture Actuelle ayant réuni, le vendredi 14 avril, des membres de la CNT avec le Président de la CGEM Chakib Alj, Mehdi Tazi-Vice-Président Général, Mme. Samia Terhzaz Directrice Générale et. Omar OUKRID  Directeur pôle Commissions CGEM. Alors que la délégation de la CNT se composait de son Président Hamid Bentahar, Abdellatif Kabbaj Président d’honneur, Lahcen Zelmat Vice-Président, Mme. Imane Rmili  Vice-Président, Mohammed Baayou Trésorier, Othmane Cherif Alami et Younes Laraki membres du Conseil d’Administration, Othmane Ibn Ghazala membre de l’Observatoire Du Tourisme, Mme Siham Midari Chef de projets CNT et Mme. Assya Benzekri Office Manager CNT.

Après les civilités d’usage et dès l’entame de la réunion, le Président de la CNT a tenu à réaffirmer sa conviction que la CGEM soutient pleinement la CNT sur tous les plans et puis a tracé les grands axes pour améliorer et renforcer le partenariat CGEM-CNT.

-Accélérer la mise en œuvre des projets structurants et de la nouvelle Feuille de route du Tourisme 2023-2026.

-L’importance du Fonds Mohammed VI pour accompagner le développement et l’investissement touristique.

-Les priorités pour le PLF 2024.

Pour sa part, Mehdi Tazi a pris la parole pour réitérer le soutien indéfectible de la CGEM et a demandé plus de clarification sur la feuille de route et sur ce qu’il attend de la CGEM. Ce qui a porté Bentahar à situer les urgences sur trois points imminents :

    -Aérien (l’amélioration du rythme d’investissement ne pourra se faire sans une augmentation importante de la flotte aérienne.)

    -Réglementation :  lever les contraintes réglementaires continuant à peser sur l’activité touristique. La réglementation actuelle n’est pas favorable à une amélioration des recettes du tourisme (liberté individuelle, problème du débit de boissons …)

    -Retard de mise en œuvre des projets structurants et Infrastructures de base pour que le Maroc soit compétitif en termes de MICE de loisirs …. Palais d’exposition de la ville de Casablanca ; à titre d’exemple ; ainsi que celui de Marrakech qui n’a pas encore vu le jour alors que la convention est signée depuis 2009.

    Intervenant à son tour, le Vicé-Président Zelmat a pris la parole pour expliquer qu’il y a des décisions importantes à prendre tout de suite sans impact financier : réglementation, libertés individuelles, débit de boissons, conventions collectives et code de travail.

    Mr Alj a repris la parole pour expliquer qu’il est tout à fait en accord avec tout ce qui a été présenté et a montré son soutien indéfectible à tout ceci. Puis il a enchaîné sur le second point : Fonds Mohamed VI pour l’investissement, doté d’une enveloppe de 15 Milliards de dirhams destinés aux nouveaux investissements et qu’un appel d’offre a été lancé, pour la gestion de ce fonds.

    Mr Kabbaj a insisté sur l’importance de l’appui de la CGEM pour la loi de finance 2024 et la réforme de la fiscalité locale et TVA appliqués au secteur.

    Mr Baayou a pris la parole pour insister sur le fait qu’il faudra faire très attention au taux de la TVA qui seront proposés, et qu’il y aura surement trois taux : 0%, 20% et que nous devons tout faire pour que le troisième taux sera 10% et non 14%. S’agissant de la fiscalité locale Mr Baayou a déploré que certaines taxes grèvent l’investissement ou l’outil de production et a expliqué que la CNT a proposé une CLU (contribution locale unique à l’instar de la cotisation minimale) avec des taux qui peuvent varier par rapport au classement et qui seront indexés par exemple sur la valeur ajoutée.

    Pour sa part Mme Rmili a expliqué que le secteur de la restauration est trop taxé et qu’il était temps qu’il soit allégé.

    Mr Alami a abordé le sujet du stock des crédits TVA concernant les investissements dans l’hôtellerie pour lequel une solution comptable devrait être trouvée ;

    Les plans comptables agréés par l’administration des métiers du Tourisme pour éviter toutes interprétations négatives au niveau comptable et fiscale qui sont toujours chez les responsables des Finances depuis trop longtemps ;

    La situation des écoles de formation toujours fermées depuis le passage du Ministère du Tourisme au Ministère de l’Education/OFPTT, et leur gestion potentielle en PPP comme signalée par le Président CGEM.

    Ibn Ghazala a mis l’accent sur le poids du secteur du tourisme et les imbrications de ce dernier et tous les autres secteurs, ainsi que l’importance de l’appui de la CGEM dans les négociations et discussions gouvernementales stratégiques.

    Bentahar a repris la parole pour développer les solutions pour maximiser la valeur foncière des destinations à vocation touristique et le rôle de l’Etat dans la valorisation du foncier touristique à l’instar des ZAI. Il a également insisté sur l’importance de l’inclusion de la CNT dans toutes les discussions gouvernementales stratégiques (dialogue social, charte d’investissement, loi de finance), ainsi que les plaidoyers de la CGEM pour mieux soutenir le secteur touristique.

    Read Previous

    ONMT got talent…

    Read Next

    La RAM lance la 2ème édition de « RAM Digital Open Innovation »

    Leave a Reply

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *