25 juin 2024

Nidal Lahlou: les priorités de l’ARIHFM

La création de l’ARIH Fez-Meknès a, certes, eu une genèse assez compliquée pour accoucher sans peine mais la persévérance de ses instigateurs avait fini par payer malgré vents et marées. Son enfantement relevait plutôt de l’exploit, de patience à l’œuvre et de la longue haleine.

Les interminables cinq heures passées pour l’asseoir sur la bonne chaise ont vite fait de se dissiper, apaisant les malaises et soulageant le bout du tunnel par l’élection des instances dirigeantes, qui ne manquent au demeurant ni de bon aloi professionnel, ni d’esprit associatif citoyen, ni non plus de valeurs morales les plaçant ainsi au dessus de tout dérapage ou ambitions de chasse-gardée. 

A sa tête, un professionnel qui n’a plus rien à prouver dans le registre des bonnes pratiques militantes au service des causes professionnelles, tant au niveau des structures d’hébergement régionales qu’au niveau de la maison mère FNIH. Nidal Lahlou, sans prétention aucune, bénéficie d’une réputation impeccable auprès de ses paires et de l’administration du tourisme et intervenants publics. De quoi armer l’ARIHFM de la bonne arme pour optimiser la marche du nouveau-né sur les bons sentiers salutaires jusqu’ici malheureusement cahoteux.

Pour ce faire, le Président de l’ARIHFM entend commencer le chemin par le commencement, c’est-à-dire la finalisation structurelle de l’association par l’élaboration d’un statut et d’un règlement intérieur. Ensuite, « la délégation de certains pouvoirs et compétences à des professionnels que je juge mieux habilités que moi pour certains sujets. Qui, par exemple, mieux qu’un écologiste pour travailler le tourisme vert et durable ou qui mieux qu’un fassi pour défendre le rayonnement de Fez ou un tazi pour défendre Taza … C’est ainsi que je demande d’abord à toutes les personnes qui ont participé à cette création de s’investir au mieux dans la sensibilisation des opérateurs pour adhérer à notre association, à récolter les doléances que nous aurons à porter devant qui de droit, à réfléchir à notre règlement intérieur », tient-il à souligner.

De la bonne volonté certainement nécessaire à la relève des défis qui s’imposent aux structures d’hébergement touristique de la région: faibles capacités, faible taux d’occupation, faible connectivité aérienne, faible lobbying professionnel, etc, alors que la région ne manque pas d’attractivité touristique multi-produits. Comment faire alors pour éveiller et capitaliser tout son potentiel ? Là encore, le Président de l’ARIHFM a du répondant en déclarant vouloir, avec le collectif de l’association, « travailler à améliorer la rentabilité des établissements touristiques, via l’amélioration de la connectivité, le renforcement de l’animation, de la communication spécifique à notre région, en attendant la constitution désirée d’un CRT Fez-Meknès qui nous sera, à ce moment-là, d’une aide précieuse. Nous œuvrerons aussi à nous rapprocher comme il se devait de l’administration territoriale afin de faire une sorte de benchmark ou best practice, afin d’aménager certains aspects règlementaires ou de gestion urbaine. En même temps. nous essaierons de travailler à rendre notre région plus attractive pour les investisseurs en espérant attirer de grandes enseignes, tout en veillant à améliorer la qualite de notre offre, favorisés en cela par les avantages apportés par la nouvelle charte de l’investissement ».

Bien entendu, le repositionnement de faveur de l’hébergement touristique de la destination ne peut aboutir sans l’appui déterminant et précieux de l’administration et les autorités régionales. C’est pourquoi l’ARIHFM compte avec les intervenants publics des partenariats renforcés au service des structures membres et celles à l’avenir. Cela s’est d’ailleurs fait ressentir lors de la dernière visite de Mme la Ministre du Tourisme dans le cadre de la feuille de route régionale où le secteur public a fait bonne figure. « Je remercie M. le Wali ainsi que l’ensemble des gouverneurs

et monsieur le directeur du CRI qui, en l’absence d’un CRT Fez-Meknès, ont pu montrer l’intérêt qu’ils portent à la feuille de route propre à notre région », tient à souligner Nidal Lahlou.

Il est particulier de constater que cette volonté d’aller de l’avant exprimée par le Président de l’ARIHFM sera, reconnaît—il, menée dans la collectivité avec esprit d’équipe, dans la transparence et la concertation au niveau de tout le territoire et non seulement à Fez et à Meknès. 

Une mission de remise à neuf assez délicate qui sera sans doute bien entamée par le collectif de l’association.. 

Read Previous

Août of office : Seulement 4 jours de congés pour profiter de 10 jours de vacances ! C’est possible… 

Read Next

12ème édition du Morocco Royal Tour (5-22 octobre 2023)

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *