4 mars 2024

Grandes vacances pour les marocains, mais pour aller où ?

Le discours officiel, relayé par une légion de prêtes-voix occasionnels, répète sans cesse que le marocain est un excellent touriste rentable dans son pays, qu’il remplit les hôtels à 40% par rapport aux autres nationalités, qu’il est un bon consommateur, etc etc… Or, là où le trop plein de zèle plante à tous les niveaux de la stratégie de développement du tourisme intérieur, particulièrement le tourisme de famille. Un discours que nous avons honte de qualifier de circonstanciel ou d’opportuniste pour cocher tout simplement des cases à l’approche des grandes vacances estivales. Ne nous voilons pas la face devant la réalité : pas assez de structures adaptées du genre village de vacances pour les petites bourses…

Peut-être qu’il existe une autre alternative au tourisme de familles marocaines, en vacances estivales. Si l’on veut vraiment donner au tourisme intérieur toute l’attention qu’on prétend lui porter, il y a lieu d’investiguer d’autres voies de salut.

On peut penser, par exemple, à puiser du côté des clubs de vacances sous le giron d’établissements publics qui, sous la bannière des œuvres sociales de leurs effectifs, sont peu rentabilisés, car restent fermés toute l’année, excepté pendant les vacances scolaires et les périodes de congés. Par contre, les clubs appartenant aux groupes bancaires demeurent une alternative lointaine mais discutable dans un registre d’entreprise citoyenne !?

Quoiqu’il en soit, peut-être qu’il faudrait réfléchir à une formule équitable pour tous, en étudiant la possibilité d’admettre les employés à capacités financières moindres pour accéder, eux aussi, à ces clubs même s’ils ne dépendent pas du même établissement public, moyennant une somme locative à sa portée. Du coup, les clubs des dits établissements peuvent fonctionner toute l’année, en assurant une recette financière supplémentaire pour leur entretien et la stabilisation de la main d’œuvre qui y travaille.

Sans trop entrer dans les détails…

En attendant, il ne faudrait pas espérer grand chose du fameux projet des chèques voyages ou chèques vacances qui restent malheureusement au stade de projet sans corps, depuis que l’idée est lancée il y a plus d’une décennie de cela. Il semblerait que ni la Cgem ni le ministère du Tourisme n’ont pu parvenir à en concevoir l’opérationnalité…

Read Previous

90% des investissements touristiques sont réalisés par des Marocains

Read Next

5ème édition du Festival d’Ifrane (18-21 août 2023)

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *