13 avril 2024

Que vaut la Royal Air Maroc en Afrique ?

Certainement, l’industrie aérienne en Afrique connaît une croissance significative, alimentée par l’augmentation de la demande de voyages et le développement économique continu sur le continent. Parmi les acteurs clés de cette dynamique se trouve la compagnie aérienne nationale Royal Air Maroc, qui commence justement à se distinguer par ses ambitions de développement, partagées d’ailleurs avec force communication auprès des décideurs mondiaux du voyage et du transport aérien. Mais comment ces ambitions de la RAM peuvent-elles trouver preneur par rapport à d’autres compagnies aériennes africaines?

Tout d’abord, avouons que la RAM a établi des objectifs de croissance audacieux, visant à devenir l’une des principales compagnies aériennes du continent africain et à renforcer sa présence sur les marchés régionaux et internationaux. Son expansion se concentre sur l’augmentation du nombre d’avions  actuellement au nombre de 52, l’ouverture de nouvelles routes et l’amélioration des services offerts à ses passagers. De plus, RAM a des plans stratégiques pour renforcer sa position en tant que hub aérien majeur en Afrique, en tirant parti de sa base à l’aéroport Mohammed V de Casablanca.

En comparaison, certaines compagnies aériennes africaines ont également des ambitions de croissance similaires, mais elles sont confrontées à des défis uniques. Par exemple, Ethiopian Airlines, souvent considérée comme l’une des compagnies aériennes les plus dynamiques du continent, vise également à étendre sa flotte et son réseau de routes à l’échelle mondiale. Toutefois, elle doit naviguer dans un paysage concurrentiel complexe et composer avec des infrastructures aéroportuaires parfois limitées dans certaines régions.

D’autres compagnies aériennes africaines, telles que Kenya Airways et South African Airways, ont également des ambitions de croissance, mais elles sont confrontées à des défis opérationnels et financiers importants. Des problèmes tels que la dette élevée, les contraintes réglementaires et la concurrence féroce entravent parfois leur capacité à concrétiser pleinement leurs ambitions de développement.

Malgré ces différences, toutes les compagnies aériennes africaines partagent certains défis communs, tels que l’instabilité politique, les infrastructures aéroportuaires insuffisantes et les coûts élevés du carburant et de l’entretien des avions. Cependant, elles ont également des opportunités partagées, notamment la croissance économique du continent, l’augmentation de la demande de voyages et le potentiel inexploité du marché du transport aérien intra-africain.

Dans l’ensemble, les ambitions de développement de Royal Air Maroc illustrent l’élan positif de l’industrie aérienne en Afrique. En comparaison avec d’autres compagnies aériennes du continent, RAM se distingue par sa détermination à étendre sa présence et à renforcer son rôle en tant que leader régional. Toutefois, la route vers la croissance reste parsemée de défis, et la réussite dépendra de la capacité des compagnies aériennes africaines à innover, à s’adapter et à saisir les opportunités émergentes sur le marché mondial du transport aérien.

A titre comparatif…

-Royal Air Maroc: La RAM dispose d’une flotte moderne et diversifiée comprenant 52 avions : 4 Embraer 190 (96 sièges), 30 Boeing 737-800 (159 sièges), 4 Boeing 787-9 Dreamliner (302 sièges), 5 Boeing 787-800 Dreamliner (274 sièges), 2 Boeing 737 MAX 8 (156 sièges), 1 Boeing 767-300 Cargo et 6 ATR72-600 (70 sièges).

Toutefois, la RAM vise à accroître sa flotte à 200 avions d’ici 2037, ce qui témoigne de son engagement envers une croissance significative à long terme.

-Ethiopian Airlines est l’une des compagnies aériennes les plus importantes et dynamiques d’Afrique, avec une flotte d’environ 130 avions, comprenant des avions de ligne, des cargos et des avions régionaux. La compagnie vise également à étendre sa flotte et son réseau de routes à l’échelle mondiale.

-Kenya Airways possède une flotte d’environ 40 avions, y compris des avions de ligne et des cargos. Elle cherche à renforcer sa position en tant que principal transporteur en Afrique de l’Est et à développer son réseau mondial.

-South African Airways (SAA) dispose d’une flotte d’environ 40 avions, bien que sa taille ait été réduite en raison de difficultés financières. SAA cherche à se rétablir financièrement et à reconstruire sa flotte pour retrouver sa position de leader dans le secteur. La comparaison des ambitions de développement de Royal Air Maroc avec d’autres compagnies aériennes africaines met en lumière les différences de taille de flotte et d’objectifs stratégiques. Alors que RAM aspire à une croissance significative de sa flotte dans les années à venir, d’autres compagnies aériennes comme Ethiopian Airlines, Kenya Airways et South African Airways poursuivent également des stratégies d’expansion pour répondre à la demande croissante de voyages en Afrique et au-delà.

Read Previous

Sofitel Agadir Royalbay Resort rouvre début mai prochain

Read Next

Le couscous marocain trône au sommet du classement des meilleurs plats africains

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *