30 mai 2024

Espoir maintenu…

La destination Maroc devient, sans conteste, de plus en plus prisée et semble prêt à maintenir sa croissance dans le secteur malgré une hausse des prix dans divers domaines. En vérité, les billets d’avion plus chers, l’augmentation des coûts des séjours et les inquiétudes liées à l’inflation n’ont pas ralenti l’élan des professionnels. En fait, tout indique que les opérateurs du secteur restent confiants quant à l’attrait continu du pays pour les visiteurs étrangers.

Les chiffres montrent une croissance significative du tourisme marocain. Au premier trimestre de cette année, le Maroc a accueilli 3,3 millions de touristes, soit une augmentation de 12,8 % par rapport à la même période l’an dernier. Cela indique que le secteur a résisté à la hausse des prix des billets d’avion et de l’hébergement, même après le Ramadan. Les mois d’avril et de mai, période cruciale pour le tourisme marocain, ont également vu une demande croissante, un signe positif pour la saison estivale.

Plusieurs facteurs expliquent cette résilience. D’une part, l’augmentation des liaisons aériennes, notamment via des compagnies low-cost, a rendu le Maroc plus accessible. D’autre part, la diversification des offres touristiques, comme les festivals, les événements culturels et les attractions naturelles, a renforcé l’attrait du pays. Malgré l’inflation et les fluctuations des taux de change, le Maroc a maintenu une trajectoire ascendante, avec 14,5 millions de touristes l’an dernier, soit une hausse de 34 % par rapport à 2022.

Cependant, les données révèlent une certaine concentration géographique du tourisme. Les villes de Marrakech et Agadir accueillent 64 % des touristes, avec respectivement 40 % et 24 %. Cette concentration déséquilibre l’offre touristique et souligne le besoin de diversification. Pour répondre à la demande croissante, les acteurs du secteur doivent investir davantage et développer des projets dans d’autres régions, comme Casablanca, Rabat, Fès, et Tanger.

Autrement , les hausses de prix des billets d’avion et des hébergements n’ont pas dissuadé les touristes. Les clients des compagnies aériennes haut de gamme ne sont généralement pas affectés par ces augmentations, car ils recherchent avant tout la qualité des services. De même, les compagnies low-cost attirent des voyageurs plus soucieux des coûts, ce qui permet au Maroc de rester compétitif sur le plan tarifaire.

Pour maintenir cette dynamique, le ministère du Tourisme et les acteurs du secteur doivent investir équitablement dans l’infrastructure touristique et étendre l’offre géographique. L’objectif est de rendre le Maroc encore plus attrayant en développant des liaisons aériennes vers de nouvelles destinations et en créant des projets promotionnels adaptés à chaque région. Cela stimulera les investissements et la croissance, renforçant le positionnement du Maroc comme une destination touristique de premier plan.

En somme, le tourisme au Maroc semble être sur la bonne voie malgré les défis liés aux prix et à l’inflation. Le pays a su tirer parti de ses atouts et de ses opportunités pour rester attractif. L’avenir dépendra de la capacité des acteurs du secteur à investir et à diversifier l’offre pour attirer encore plus de touristes.

Read Previous

Sous le chapeau de… Mounia Boutaleb 

Read Next

Accor lance son nouveau programme de fidélité HERA

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *