19 juin 2024

Transport touristique au Maroc : Défis de gouvernance et de communication

Bien que le transport touristique au Maroc soit un secteur clé pour l’économie nationale, il est marqué par une communication adaptée insuffisante et une absence de certaines grandes fédérations. Pour pallier à ces défis, il est essentiel de lancer une réflexion sur la gouvernance et la puissance des institutions professionnelles.

Incontestablement, Fédération Nationale du Transport Touristique Terrestre (FNTT) a défendu comme elle et obtenait généralement gain de cause dans les réunions avec le ministère du Transport et son ministre pour la refonte du cahier de charges du transport terrestre touristique. Comme elle suit également de manière permanente et avec mesure les subventions exceptionnelles et les hausses régulières des prix du gasoil décidées par le gouvernement vis à vis des entreprises structurées du TT, intervenant en cas de retard constaté.

Depuis janvier 2022, les réunions grâce au dispositif du GIAC tourisme ont permis de délivrer fin mai 2024 une étude complète sur le diagnostic et l’évolution du secteur, avec des formations prioritaires à réaliser. Cette étude estimée à 800.000 DH TTC est un pas important vers la relance du secteur.

Une assemblée générale ordinaire annuelle est également en cours pour l’approbation des actions 2023. Les membres du Bureau Exécutif des Entreprises sont prêts et motivés pour assurer une régulation, une défense ou un recours en cas de besoin.

Lors de la réunion Go Syaha, l’association régionale du transport touristique et ses principaux membres étaient bien présents. Cependant, il est important de reconnaître que certaines questions stratégiques persistent, notamment les cotisations annuelles non payées depuis 2020 et l’intérêt collectif non valorisé. Malgré les efforts de certains professionnels, les résultats des actions entreprises par les opérateurs du secteur sont très faibles.

Cependant, il est juste important de reconnaître les efforts du gouvernement pour permettre la relance du secteur, notamment avec 750 millions de dirhams de subventions (soumises à 20% de TVA à reverser immédiatement par le bénéficiaire) par Go Siyaha.

Cependant, tout cela est insuffisant pour l’approche à grands pas de l’échéance 2030. Il est, par la même occasion, important que le conseil d’administration de l’ONMT du 25 juin 2024 soit clair pour le suivi des événements en cours et que les entreprises touristiques marocaines puissent profiter des nouvelles opportunités stratégiques de croissance.

Autrement, il est essentiel de lancer une réflexion sur la gouvernance et la puissance des institutions professionnelles pour relancer le secteur du transport touristique au Maroc.

Read Previous

Le CRT Casablanca-Settat reçoit un éductour d’Inde

Read Next

Le ministère du Tourisme appelle à la qualité dans les structures d’hébergement touristique

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *